Grand public

Une nouvelle génération de pigments à base d'or avec la start'up Ugiel

Rencontre avec Jérôme Majimel, chargé de recherches à l'ICMCB et fondateur de la startup Ugiel, une société basée en Gironde qui propose une nouvelle génération de pigments à partir de particules d'or ou d'argent.
Concrètement, Ugiel proposera des traitements de nouvelles générations, à base de particules d'or ou d'argent dans le domaine de la cosmétique, de l'imprimerie, du packaging et de la bijouterie, qui sont en recherche constante d'innovation ...

Extrait de l'article de "Grand labo" (12 mai 2020)

Ecoutez le podcast de Grand labo dédié à la valorisation scientifique avec l'interview de Jérôme Majimel :

Le confinement pour les étudiants, c'est comment ?

Si certains chercheurs de l’université de Bordeaux sont dans leur laboratoire pour travailler sur des projets de recherche contre le Covid-19, pour les autres, c’est aussi le confinement. L’université de Bordeaux leur donne aujourd’hui la parole.
Maël Pontoreau, doctorant de l'université de Bordeaux, rattaché à l'ICMCB dans l'équipe "Métallurgie et Matériaux Fonctionnels"  nous raconte cette nouvelle vie en confinement … vue de l'intérieur.

⇒ Voir la vidéo

Revoir le portrait de Maël Pontoreau
(Réalisation : université de Bordeaux)

De l’or en nanobarreau pour un stockage de l’information moins énergivore ...

De nombreux phénomènes permettent de stocker des données au format binaire, comme les changements d’état magnétique dans les matériaux dits à transition de spin. Ces matériaux peuvent être facilement miniaturisés et obtenus sous forme de nanoparticules. Des chercheurs de l'équipe de G. Chastanet de l'ICMCB et du LOMA sont parvenus à en diminuer la consommation de l’énergie lumineuse d’un facteur 100 000, grâce à la présence de nanobarreaux d’or. Détaillée dans la revue Advanced Functional Materials

, leur méthode fonctionne avec des lasers de faible puissance.

Kromatiz, une innovation issue de nos recherches

INNOVATION

La start-up Kromatiz qui a développé la première montre qui change de couleur au gré de nos envies, vient de signer un accord de licence avec la SATT Aquitaine.
Cette montre électrochrome est basée sur les travaux d'Aline Rougier et son équipe du groupe "Oxydes et Électro-Céramiques Architecturées pour l’Énergie et l’Électronique" de l'ICMCB.
- 22/10/2019

En savoir plus

Vers un vélo électrique vert qui se recharge tout seul ?

Extrait de l'article du site d'information "Curieux !" *
Des scientifiques girondins travaillent à mettre au point un vélo à assistance électrique (VAE) vert et autonome. Ils ont réussi à concevoir un mini-réacteur capable de produire de l’hydrogène à partir d’une pastille de magnésium et de l’eau et ainsi alimenter une pile à combustible.
... Une « machine » à hydrogène ... C’est l’ambition du projet HELP (Hydrogen Energy at Low Pressure), porté par l’ICMCB et l’IMS, et cofinancé par Aquitaine Science Transfert (SATT)...

Fabrice Mauvy, enseignant-chercheur à l’ICMCB tient dans ses mains le prototype d’un mini-réacteur combiné à une pile à combustible pour concevoir un vélo à hydrogène autonome. (Photo Florence Heimburger)

Voir l'article

* "Curieux !" est un site d’information qui s’insère dans notre quotidien pour démêler le vrai du faux et aiguiser la curiosité. Il est piloté par le Consortium des quatre Centres de culture scientifique, technique et industrielle de Nouvelle Aquitaine : Cap Sciences (Bordeaux), Espace Mendès France (Poitiers), Lacq Odyssée (Mourenx) et Récréasciences (Limoges). »

Les Batteries : De Volta à Solar Impulse - La contribution des trois Prix Nobel de chimie 2019

Jeudi 23 janvier 2020 à 18h, Claude Delmas, Directeur de recherche émérite à l’ICMCB a présenté une conférence grand public intitulée "Les Batteries : De Volta à Solar Impulse - La contribution des trois Prix Nobel de chimie 2019" à l’Université de Bordeaux, Amphi B18N.
Cet exposé retraçait l’évolution et le fonctionnement des batteries en référence aux travaux de recherche des trois Prix Nobel (J.B. Goodenough, S. Whittingham, A.Yoshino) qui ont abouti à la batterie Lithium-ion dont les performances ont permis le développement de l’électronique nomade et du véhicule électrique.

Voir le résumé

 

Une conversion de spin qui prend son temps

Des chercheurs du CRPP, de l’ICMCB (Corine Mathonière) et de l’université chinoise des Sciences et Technologies de Nankin ont montré qu’un matériau, à base de Fe(II), possédait un second état magnétique, lié à son spin, resté caché car très long à atteindre. Selon ces travaux publiés dans Angewandte Chemie International Edition, cette propriété pourrait ouvrir des applications de stockage d’informations à l’échelle de la molécule.

Extrait de l'article de l'INC CNRS

Maël Pontoreau, un alliage de chimie et de médiation

Maël Pontoreau est doctorant en 3ème année en chimie des matériaux à l’université de Bordeaux au sein de l'ICMCB .
Avec 11 autres doctorants en France, le jeune chercheur est mis à l’honneur dans une bande dessinée intitulée "Sciences en bulles" qui a accompagnée  la Fête de la science 2019.
Portrait d’un passionné de médiation scientifique.

Voir l'article de l'Université de Bordeaux

 

Big bang dans le monde des matériaux

Les promesses nouvelles des alliages concentrés complexes
Depuis quelques décennies, l’univers de la métallurgie et la chimie des solides connaissent un bouleversement sans précédent du fait d’une nouvelle manière de concevoir les alliages métalliques. De nouveaux types d’alliage sont réalisés, formés non plus à partir d’un élément principal mais sur une base multiple. Les matériaux ainsi créés, appelés alliages concentrés complexes, se comptent potentiellement par millions et offrent des propriétés aux combinaisons quasiment infinies. L’intelligence artificielle, associant mathématiques et informatique, devrait permettre d’explorer méthodiquement ce nouveau champ des possibles.

Interview de Stéphane Gorsse, enseignant-chercheur à l'ICMCB, lauréat du prix Constellium 2018 décerné par l’Académie des sciences

Portrait de S. Gorsse 
Stéphane Gorsse est spécialiste de la chimie du solide qu’il pratique à l’interface avec la métallurgie physique, en particulier dans le domaine des matériaux fonctionnels. Sa démarche associerait "l’ingénierie de la composition" avec "l’ingénierie de la microsctructure", et il la décline aussi bien du point de vue expérimental, que du point de vue de la modélisation des diagrammes de phase et des cinétiques de transformation. La démarche de "métallurgie combinatoire" qui en résulte est particulièrement prometteuse, en particulier pour les matériaux architecturés multifonctionnels qui intéressent au tout premier plan Constellium.

> Voir la présentation audio de Canal Académie

Entretien avec Samuel Marre

Samuel Marre (Chercheur à l’ICMCB dans le groupe "Fluides supercritiques") étudie le stockage et la conversion du CO2 sous terre grâce à ses laboratoires de poche.
C’est bien connu, la matière connaît 3 états : solide, liquide et gazeux. Pourtant, à hautes température et à hautes pressions un autre domaine existe, où liquide et gaz ne peuvent être distingués : le fluide supercritique. À Bordeaux, Samuel Marre s’est fait une spécialité dans la création d’outils et de protocoles pour étudier et utiliser les fluides dans ces conditions particulières aux petites échelles. Les applications sont nombreuses comme le développement de procédés durables ou le stockage et la bioconversion géologique du CO2.

Extrait de l’article de l’Institut de Chimie du CNRS