Analyses chimiques

Découvrez le service "Analyses chimiques" de l'ICMCB

ICP-OES
ICP-OES : analyse de 78 éléments (sauf halogènes, He, C, H, O, N)

La chimie analytique est une science proche de la chimie physique. Elle se rapporte à l’étude des comportements chimique et physique des composés purs ou en solution soumis à diverses conditions… En analyse chimique, il est d’usage de distinguer deux catégories de méthodes.  Le choix peut se faire entre des méthodes chimiques proprement dites, entraînant une spécificité réactive de l’analyte (le composé qui fait l’objet du dosage) avec des molécules réactives et des techniques physiques utilisant les propriétés physico-chimiques des analytes. (source : Analyses chimiques. F. Rouessac, A. Rouessac. 9ème édition. Paris : Dunod, 2019).

Le service d’analyse chimique est mis à la disposition des chercheurs et étudiants de l’ICMCB, mais est aussi ouvert aux laboratoires universitaires et privés. Les expériences sont menées par une assistante ingénieur qui assure la mise en œuvre des analyses, le traitement des résultats ainsi que la maintenance des appareils.

CHNS/CHN
CHNS/CHN : Microanalyse CHNS/CHN produits fluorés

Microbalance Mettler MX5
Microbalance Mettler MX5 : 1µg-5g : calibrée et certifiée à 1 et 50 mg
Ce service est équipé :
  • d’un appareil ICP/OES (Inductively Coupled Plasma / Optical Emission Spectrometry) Varian ICP/OES 720 ES. Cette méthode d’analyse globale permet le dosage qualitatif et quantitatif d’ions en solution (analyse élémentaire de tout type de matériaux après mise en solution par spectroscopie d’émission atomique). C’est une méthode destructive qui requiert très peu de matière (quelques milligrammes), elle permet d’analyser un très grand nombre d’éléments, aussi bien comme éléments majeurs qu’à l’état de traces (de la dizaine de % à quelques ppm voire ppb).
  • ICP-OES
  • ICP-OES : analyse de 78 éléments (sauf halogènes, He, C, H, O, N)
  • d’un analyseur élémentaire CHNS équipé d’un passeur d’échantillon (Thermo Fischer Scientific) dont le principe est une combustion dynamique « flash » de l’échantillon à 930°C. L’azote, le carbone, l’hydrogène et le soufre sont ensuite par enchainement de réactions de réduction et d’oxydation, recombinés pour donner du diazote, du dioxyde de carbone, de l’eau et du dioxyde de soufre. Ces gaz sont ensuite séparés sur une colonne chromatographique, détectés par un catharomètre, puis quantifiés par intégration d’un pic résultant de la variation de la conductibilité thermique des gaz.

Membre(s) du service : Nicolas Penin (IR), Patrick Rosa (CR), Catherine Denage (AI)(voir l’annuaire des services pour les coordonnées)